Perspectives 88 Le Grand Prix « Jeunes Talents »

L’aboutissement très heureux d’une longue démarche

C’est il y a déjà plus de deux ans, le 24 septembre 2011, que le Comité national de l’Association d’amitié franco-vietnamienne (AAFV) a décidé à l’unanimité la création d’un prix destiné à récompenser une production scientifique, artistique ou autre, en lien avec le Viêt Nam et que ce prix porterait le nom de Grand Prix « Jeunes Talents ». Un tel nom n’a pas été choisi au hasard : il attire d’emblée l’attention sur le choix délibéré qui a été fait par les membres du Comité national de l’AAFV de récompenser des jeunes, parce que ces membres particulièrement actifs de l’association demeurent persuadés que, dans la France du XXIe siècle, que d’aucuns prétendent souvent de plus en plus refermée sur elle-même, il existe encore un nombre significatif de jeunes s’intéressant suffisamment au Viêt Nam et à ses habitants pour consacrer du temps et de l’énergie à produire une œuvre artistique ou scientifique en rapport avec ce petit pays que l’on peut objectivement considérer désormais comme « lointain », à tous points de vue...
Le nombre et surtout la qualité des productions qui nous ont été soumises attestent du succès rencontré par notre appel à candidatures. Celui-ci n’a pourtant pas toujours été facile à relayer efficacement et plus encore, les conditions imposées aux candidats pouvaient paraître restrictives. N’ont en effet été admises à concourir que les productions scientifiques, artistiques ou autres dont le ou les auteurs, de nationalité française ou étrangère, étaient âgés de 35 ans au plus lors du dépôt de candidature et résident de façon permanente en France. Ces productions devaient en outre être achevées et/ ou rendues publiques depuis moins de deux ans (ou faire l’objet de travaux complémentaires en cours). Celles qui se présentaient sous la forme d’un texte écrit devaient être rédigées en français ou avoir fait l’objet d’une traduction dans cette langue. Les autres productions (création musicale, picturale, cinématographique, etc.) devaient avoir bénéficié d’une exposition publique ou d’une interprétation en public.
Sur les dix dossiers reçus et déclarés recevables par le jury et qui concernaient douze candidats (puisque deux dossiers étaient présentés chacun par deux personnes), deux portaient sur un film court-métrage, un autre sur un livre de photos et de dessins, et les sept autres sur des recherches universitaires dans les domaines les plus variés (six thèses de doctorat et un mémoire de fin d’études).

- Sur les douze candidats, cinq d’entre eux, quoique ayant réalisé leur production en France, étaient Vietnamiens ou avaient des racines vietnamiennes, mais sept n’avaient aucun lien familial avec le Viêt Nam et n’avaient réellement commencé à s’intéresser à ce pays qu’à l’occasion de la réalisation de l’œuvre artistique ou scientifique qu’ils nous ont donc présentée.
Les thèmes abordés furent des plus variés. Les films portaient, l’un sur des activités de l’Union générale des jeunes vietnamiens de France, l’autre, réalisé au Viêt Nam, sur des familles qui supportent aujourd’hui encore dans leur chair les conséquences de l’épandage de l’Agent orange sur le territoire vietnamien par l’armée américaine durant la guerre. Le livre, réalisé avec le concours de l’Institut des Métiers de la Ville (un projet de coopération décentralisée entre la Région Ile-de-France et le Comité Populaire de la Ville de Hanoi) présentait Hanoi en photos et en dessins originaux. Le mémoire de fin d’études sou- tenu à École Supérieure d’Art d’Avignon avait pour sujet l’étude d’une tunique en papier collectée au Viêt Nam et son traitement en conservation-restauration. Les thèses portaient respectivement sur l’histoire coloniale (les transferts culturels et le contrôle de l’imprimé), sur la pédagogie (l’expression orale chez les élèves bilingues d’une école de Hanoi et l’avenir de la didactique du français langue seconde au Viêt Nam par rapport à la perspective actionnelle), sur l’échange et le partage des ressources éducatives (entre enseignants en mathématiques au Viêt Nam), sur l’étude de la pratique du Ca Tru (pratique musicale traditionnelle du Viêt Nam), selon une triple perspective ethnographique, musicologique et esthétique, sur la géographie (L’émergence du tourisme domestique au Vietnam), et enfin sur l’archéologie (La tradition céramique vietnamienne du premier millénaire de notre ère.).
Le jury, qui est exclusivement composé de membres volontaires de l’AAFV élus par le Comité national, a privilégié les productions contribuant le mieux, selon lui, à la connaissance du Viêt Nam et de sa culture, et/ ou à son rayonnement. Ses délibérations furent labo- rieuses tant la qualité de tous les dossiers était remarquable... Il a cependant fallu trancher puisqu’un seul grand prix avait été institué. Ce fut donc Mademoiselle Béatrice Wisniewski qui fut retenue à l’unanimité.

- À première vue la thèse de Béatrice Wisniewski pourrait sembler très « pointue » et ne concerner qu’un public restreint de spécialistes, mais justement l’attention du jury a été retenue par le fait que la lauréate ne s’est pas contentée d’apporter des connaissances scientifiques nouvelles sur la céramique du premier millénaire, mais qu’elle a porté un éclairage nouveau sur la présence et l’influence chinoises au Viêt Nam au cours de ce premier millénaire, crucial dans l’histoire du pays, par le biais d’une analyse très novatrice de la céramique de cette période...
Le Grand Prix est doté d’une récompense d’un mon- tant exceptionnel de trois mille euros.
- Thèse soutenue par Béatrice WISNIEWSKI Le 18 décembre 2012 à l’EPHE elle a obtenu la mention très honorable avec félicitations du jury. Voir Perspectives 84 p. 18
a été rendu possible grâce à la générosité d’un sponsor, ami fidèle de l’AAFV et du Viêt Nam, le groupe NGE, première entreprise indépendante française de travaux publics dans les métiers de la construction d’infrastructures nationales et régionales, et à l’action de son président, Monsieur Joël Rousseau, sans qui rien n’eut été possible !

Patrice Cosaert Président du jury